Alchimie du désespoir

Ce projet est inspiré sur les idée de la fragilité de la croyance humaine, comme un élément commun dans le passée et le present, avec l’incertitude du future.
Tout au long de l’histoire l’homme a eu la nécessité d’avoir foi, soit dans les êtres mythiques, dans les dieux ou dans la science, la question de croyance est une acceptation de la faiblesse de l’homme, parce que il va avoir toujours quelque chose au delà. Plus l’humanité connait le monde, plus plus grand devient aussi le mystère. Pour finalement dire qu’à travers les temps l’être humaine continue à être seul, lui- même avec la totalité des choses. 

Une partie de ce projet artistique s’inspire par l’art de l’alchimie, une discipline d’origine ancienne qui cherchait la transmutation de la matière et de l’âme (vu aussi comme un élément de la fragilité humaine). Très souvent les alchimistes expliquaient ces processus à travers de codes cachés dans lesquels les questions sur la physique et la spiritualité sont constamment confondus, mélangés et unifiés. Dans ce sens il peut avoir plusieurs lectures et interpretations sur un même sujet, exactement comme dans l’art et la musique.
Le titre de ce projet est né à partir de deux poèmes de l’écrivain catalan medieval Ramon Llull: L’alchimie et Le désespoir, qui seront reprises comme des éléments poétiques.